Vous êtes ici :   Accueil » La peyrogrosso

Nouveautés du site

(depuis 15 jours)

RECRUTEMENT

LA COMMUNE DE VLLESEQUE RECRUTE A TEMPS PARTIEL

UN AGENT TECHNIQUE POLYVALENT

Caractéristiques du poste :

  • 16 heures par semaine répartis sur deux jours
  • Agent technique polyvalent
  • Principales tâches : entretien espaces verts, entretien courant des bâtiments communaux et des cimetières, propreté de la commune, petits travaux de bricolage et d’entretien.

Date de prise de fonction : 1er mars2024

Qualités : posséder permis B, sens du servie public et compétences techniques.

ENVOYER LETTRE DE MOTIVATION ET CV AVANT LE 23 FEVRIER 2024 à la mairie d Vilesèque- 46090, place du 19 mars 1962 ou par mel (mairie.villeseque@ orange.fr)

LOTO

Carnaval

                                                   

DIRE LOT 

VILLESEQUE et son patrimoine à l’honneur dans l’excellente revue

« DIRE LOT »

Numéro de janvier-février (p. 16)

A LIRE ABSOLUMENT

Visite de Mme Claire RAULIN Préfète du Lot

UNE VISITE ECLECTIQUE DE MADAME LA PREFETE DU LOT A VILLESEQUE

Répondant à l’invitation du conseil municipal de Villesèque, Mme Claire RAULIN, Préfète du Lot, s’est rendu en visite ce samedi 27 janvier 2024 à Villesèque. Il est vrai que M. le Maire avait préparé pour la représentante de l’Etat, un programme éclectique et diversifié : énergie propre, patrimoine, inauguration tiers-lieu et cérémonie des vœux.

Ce fut tout d’abord une réunion de travail en mairie avec le conseil municipal pour présenter la commune, évoquer les projets communaux à venir et aussi soulever les préoccupations des élus en ces temps difficiles.

S’enchaina ensuite la visite du parc photovoltaïque maintenant âgé de cinq ans, réalisé et géré par la coopérative ENERCOOP sur une ancienne friche communale de 5000m2, avec une puissance installée de 249 kVc et une production estimée de 325 MWh, témoin de l’engagement des élus de la commune en faveur de la transition énergétique depuis plusieurs années.

 Les personnalités furent ensuite conduites à l’église Saint-Michel de Villesèque pour que leur soit présenté et commenté le remarquable retable classé. C’est le volet patrimoine de cette visite. Mme MARROUX put commenter avec compétence et passion les caractéristiques de ce retable et tous les symboles qu’il affiche, suscitant un vif intérêt de la part des personnalités présentes et de la population.

IMG_7911.jpg 

Tous les invités se rendirent ensuite face à la mairie pour procéder à l’inauguration du tiers-lieu crée par la commune, soutenu par l’Etat, la Région et le Département, dénommé « la Grangette », manifestation relatée par ailleurs au cours de laquelle Mme La Préfète coupa le ruban tricolore traditionnel, en présence de Messieurs les Sénateurs, de Mme La Conseillère Régionale, des Conseillers départementaux du canton, du président de la communauté de communes et es élus municipaux.Grangette.JPG

vernissage d'’exposition photos

Monsieur le Maire de Villesèque et son Conseil Municipal

Madame la Présidente de l’association « La Grangette » et son conseil d’administration

 Ont l’honneur de vous inviter au vernissage de l’exposition photos

de Monsieur Didier Cazaban Mazerolles

le samedi 9 Mars 2024 à 18h à la Grangette

 

Exposition visible les mois de mars et avril 2024

Jean-Marie OUSTRY

Maire

La peyrogrosso

Et notre peyro grosso, menhir, borne limite ou repère quelconque ?

 

peyro grosso.jpg

 

Voici quelques explications pour avoir une petite idée de la signification de ce monument qui mesure plus de 3 mètres et 3 à 4 m de circonférence.

Les pierres levées à l'époque mégalithique.

 

A défaut de documents antérieurs à la civilisation romaine, il ne reste que l'incertitude des monuments de pierre (époque mégalithique) attirant l'interrogative curiosité.

 

"Les curieux monolithes, qu'on appelle ailleurs menhirs ou béthels, sont connus dans le Quercy sous le nom de pierres quillées ou dressées, en patois "peyros quillados" ou "peyros lébados".

 

"Le nombre de ces monuments devait autrefois être considérable dans nos contrées, si l'on en juge par les lieux qui portent cette désignation dans les cadastres. On en comptait encore trente-sept vers 1850. Il n'en restait qu'une quinzaine vers 1870.

 

Il ne faut pas confondre les pierres dressées ou menhirs avec d'autres pierres brutes, fichées en terre, qui marquaient les lieues sur les routes gauloises (pierres militaires) ou bien encore les anciennes bornes limites dont un certain nombre se sont conservées dans le Quercy et qui n'ont plus aucun rapport avec les pierres dressées proprement dites. Celles-ci ont, en général, de plus grandes dimensions, mais on ne remarque, ni sur les unes, ni sur les autres, comme travail de la main de l'homme, aucune appropriation propre à leur destination.

 

"Toutes les pierres quillées que nous connaissons dans le Lot, occupent des hauteurs. On les trouve dans les clairières des bois, de préférence dans les endroits dénudés et loin des lieux anciennement habités ; presque toujours elles sont placées dans le voisinage des voies antiques.

 

Il n'est pas permis de douter que les "pierres quillées" ne soient des monuments religieux se rapportant à quelque divinité dont elles étaient le symbole. On sait que de nombreux édits des empereurs romains, des décisions de conciles, édictaient des peines sévères contre ceux qui rendaient un culte aux pierres et aux fontaines.

 

Malgré ces prescriptions, le peuple ne continua pas moins à se livrer aux pratiques du culte. Elles n'ont pris fin dans nos régions qu'à la fin du XVIIIème siècle. Les chroniqueurs nous fournissent des renseignements précis sur les pratiques superstitieuses dont ces pierres étaient l'objet.

 

"On trouve, dit Lacoste, dans son "Histoire du Quercy", dans beaucoup d'endroits du haut et du bas Quercy, des monolithes, en pierre brute qui ressemblent à des pyramides ; ils paraissent avoir été érigés en l'honneur de Mercure. On en voit à Bélinac, sur les hauteurs de Luzech, à la Laurie, à Cénac (à 4 km environ d'Albas) et autres lieux, d'une hauteur de 15 à 18 pieds, soit 4,50 m à 5,50 m). Il paraît que ces monuments étaient dédiés par les Celtes à leurs divinités. Le culte qu'on avait pour ces pierres existait encore sous l'épiscopat de Mg' de la Luzerne, en 1750.

 

"Le peuple, par une habitude ancienne, allait les oindre d'huile et les couronnait de fleurs pendant certains mois de l'année. Cet évêque, informé de cette superstition, fit détruire un grand nombre de ces monolithes qui étaient dans l'étendue de son diocèse.

 

L’historien quercynois Dominicy, qui écrivait au XVII ème siècle, dit, dans ses mémoires, que les mêmes pratiques avaient lieu de son temps. "L'erreur des paysans, dit il, a encore "les pierres quillées" en vénération, s'étant figuré que de les couvrir de fleurs, sans que personne ne les voie, cela les préservera des fièvres et il ne fut pas longtemps que Mg, de Cahors, faisant sa visite pastorale, apprit que dans un village le vulgaire superstitieux s'en allait, à certains jours de l'année, oindre en cachette, un caillou d'une grosseur prodigieuse, planté sur un grand chemin, fit arracher ce caillou".

 

"La position de ce caillou, pour nous servir de l'expression de Dorninicy, au bord d'un grand chemin, a fait penser à cet auteur que les monuments de ce genre étaient dédiés à Mercure car les Celtes comme les Romains plaçaient les voies publiques sous la protection de Dieu. Il est vrai que les pierres dressées se trouvaient presque toujours à proximité des chemins antiques, mais il n'est pas démontré qu'elles fussent consacrées à Mercure plutôt qu'à une autre divinité. Tout ce qu'il est permis d'inférer de ces pratiques qui nous sont attestées par des témoins oculaires, c'est que "les pierres quillées" étaient des monuments religieux ou des pierres de consécration.

 

Le peuple n'a plus maintenant aucune espèce de vénération pour ces pierres; les anciennes cérémonies dont elles étaient l'objet ont entièrement disparu; on n'en conserve même aucune sorte de souvenirs.


Date de création : 20/08/2021 23:48
Catégorie : -
Page lue 3638 fois