En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
Recherche sur le site
Recherche sur le site
Municipalité

 ↑  
Services et N° utiles

 ↑  
Flash infos

C.R. de réunions

Les Associations

 ↑  
Intercommunalité

 ↑  
La vie locale
 ↑  
Archives

 ↑  
Etat civil

 ↑  
Urbanisme

 ↑  
Ressources locales

 ↑  
Histoire

 ↑  
Patrimoine

 ↑  
EMOTION ET RECUEILLEMENT

EMOTION ET RECUEILLEMENT

Pour cette journée commémorative du centenaire de l’armistice du 11 novembre 1918, la municipalité avait préparé un programme spécial. En présence d’une très nombreuse assistance et de beaucoup d’enfants brandissant autour des monuments aux morts un drapeau commémoratif de cet évènement, ce fut tout d’abord la remise solennelle du nouveau drapeau porté avec dignité par le jeune Paul GIRARD au son de la musique émouvante de Robert BRUCE. Apres le salut au nouveau drapeau,  les dépôts de gerbe et l’honneur rendu aux victimes de la Grande Guerre, ce fut le dévoilement de la plaque « chemin de l’armistice 1918 » à Trébaïx et « chemin du 11 novembre 1918 »au bourg de Villesèque, afin de marquer durablement cette commémoration. Le porte-drapeau, M. Gérard CABANES reçut ensuite le diplôme de reconnaissance délivré par M. le Préfet du Lot, ainsi que l’insigne, pour 20 années de service. Dans son intervention, M. le Maire rappela les circonstances dans lesquelles fut signé l’armistice, non sans rappeler les conséquences du traite de paix qui allait suivre en juin 1919.L’assistance se dirigea ensuite vers la salle des fêtes pour découvrir une remarquable exposition de souvenirs de la Grande Guerre avec plus de 150 pièces et documents (exposition ouverte au public durant toute la semaine).

Enfin, l’après-midi se déroula un concert de guitare classique par le musicien M. Blas AGUILERA qui enchanta l’assistance.

Accéder aux photos par l'onglet "photos" en page "accueil"

EXPOSITION DU CENTENAIRE

                                                                            UNE EXPOSITION DU CENTENAIRE REMARQUABLE

La commune, grâce à de nombreux participants, présente à la salle des fêtes de villesèque une bien belle exposition dans le cadre de la commémoration du centenaire de l’armistice du 11 novembre 1918. Documents de l’époque, de multiples lettres écrites depuis le front, une cinquantaine de cartes postales d’alors et caractéristiques de ces années là, des photos de poilus, des diplômes et décorations, du matériel de guerre, des appareils photos utilisés pour la Grande Guerre deux œuvres picturales et une grande affiche originale appelant à la souscription figurent notamment dans cette exposition.

Quelques 150  documents et objets sont ainsi présentés au public. L’exposition dont le vernissage se déroulera la dimanche 11 novembre à 12h après la cérémonie au monument aux morts, sera ouverte au public du lundi 12 au vendredi 16 novembre de 17h30 à 19h, ainsi que le samedi 17 novembre de 10h à 12h.

Accéder aux photos par l'onglet "photos" en page "accueil"

Journée citoyenne

Film réalisé suite au succès de la journée citoyenne et présenté à l'association des maires de France

Pour visualiser ce film cliquez sur la photo ci-dessous.

eglise_villeseque.JPG


 

Proverbes concernant la morale
 Aco y fo coumo une croutz debant un mort.  Cela y fait comme une croix devant un mort.
 Al joun del jujomen, ton boldro peiro coumo orgen  Au jour du jugement (dernier), autant vaudra la pierre comme l'argent.
 En dobolen, lous sents adujoun  A la descente, les saints viennent en aide.
  Lou presta gasto, lou douna perd.  Le prêter gâte, le donner perd.
 Lou presta flouris, lou manjha pouïris.  Le prêter fleurit, le manger pourrit.
 Cu baillo soun bé trop moti, diou se prepora o poti.  Qui donne son bien trop tôt, doit se préparer à souffrir.
 Cal pas riré de la peno de ton bési, que lo teuno es en comi.  Il ne te faut pas rire de la peine de ton voisin, car la tienne est en chemin.
 Se fiza es bou, se mefiza milhou  Se fier est bon, se méfier meilleur.
 Pertout y o une légo de misson comi.  Partout il y a une lieue de mauvais chemin.
 Cu bol trop courré, se copo  l'mourré.  Qui veut trop courir, se casse le cou (la figure).
 On couneïs cu tound, omai cu rasco   On connaît la diffé­rence entre celui qui tond et celui qui écorche.
 Cu bol trop gogna din l'on, es penjhat d'abon Sen‑Jan  Qui veut trop gagner dans un an, est pendu avant Saint-Jean
 Ço qué écoy, trigo  Ce qui écuit, impatiente.
 A boun journ, boun'obro.  A bonne journée, bonne oeuvre.
 Leu soulel se lébo pas tout per un.  Le soleil ne se lève pas pour un seul.
 Cadun ço seou, acos pas trop.  Chacun le sien, ce n'est pas trop.
 Ço que ben en riffo raffo, sen torno coumo s'omasso.  Ce qui vient en riffe raffe, s'en revient comme c'est venu.
 Per tu fas.  Tu agis pour ton compte.
 Coumo foras, trouboras.  Comme tu feras, tu trouveras.
 On po pas tira de sang d'une rabo   On ne peut pas tirer du sang d'une rave.
Ça que lous els nou besoun, lou cur nou'n dol.
  Ce que les yeux ne voient pas, le cœur n'en souffre pas.
 Talo bido, talo mort.  Telle vie, telle mort.
 Tal payrà, tal fil.  Tel père, tel fils.
 A pla dé gué teni!  Il a bien de quoi tenir!
 Biel garçou, biel gus.  Vieux gaçon, vieux gueux.
 Cu sé semblo s'assemblo.  Qui se ressemble s'assemble.
 Digo mé qual frequentés, té direy qual es.  Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es.
 Cadun per si et Diou per toutis.  Chacun pour soi et Dieu pour tous.
Quand lou soulel sé lébo, sé lébo per tout lou moundé. Quand le soleil se lève, il se lève pour tous.
 Lous morts on paga, naoutrés diben.  Les morts ont payé, nous autres nous devons.
 Cu mal nou fay mal nou penso.  Qui mal ne fait mal ne pense.
 Gardo té, que Diou té gardara.  Garde-toi, Dieu te gardera.
 Cu bol boula trou naou, sé brulo las alos.  Qui veut voler trop haut, se brûle les ailes.
D'uno gréso sé fay un canabal et d'un canabal uno gréso.  D'une friche on fait un champ et d'un champ une friche.
Peyro gué rollo n'arémouso pas mousso
Pierre qui roule ne ramasse pas mousse.
Cu sé lébo tard trobo so soupo fretso.
Qui se lève tard trouve sa soupe froide.
Cu galopo duoy lébrés al cop nou n'attrapo pas uno. Qui poursuit deux lièvres à la fois n'en attrape aucun.
 Lon nou prend pas lay mouscos ambé dé binagré, ni may lébrés ambé un tambour
On ne prend pas de mouches avec du vinaigre, ni des lièvres avec un tambour.
A forço dé sarra l'enguillo, l'on la perd.  A force de serrer l'anguille, elle vous échappe.
Lou bous countés foon lous bouns amits. Les bons comptes font les bons amis.
Cu pago nou s'endéoutou.  Qui paie ne s'endette pas.
Cal garda la péro per la set. Il faut garder la poire pour la soif.
Cal sabé retjoula per miliou saounta. Il faut savoir recu­ler pour mieux sauter.
Cal pas tua tout ço qu'es gras. Il ne faut pas tuer tout ce qui est gras.
Perbésious baloun rentos. Provisions valent rentes.
Cado tsour est douma. Chaque jour est demain.
S'embarco pas sans biscuit. Il ne s'embarque pas sans biscuit.
Atso toutsours dé paille dins tous esclots. Aie toujours de la paille dans tes sabots.
Petassa fa dura. Rapiécer fait durer.
La bésoung dono d'esprit. Le besoin donne de l'esprit.
Del miliour pa, cal toutsour fa la soupo.  Du meilleur pain, il faut toujours faire la soupe.
Cal dayssa passa l'aygo al riou (ou tsoul poun). Il faut laisser passer l'eau au ruisseau (ou sous le pont).
Pertout las poulos gratoun en rier. Partout les poules grat­tent en arrière.
Trouborio dé piels ays yaous.  Il trouverait des poils aux oeufs.
Cal sobé boulé ço qu'on pot pas ébita. Il faut savoir vou­loir ce qu'on ne peut pas éviter.
Fiot nou sé fay qué fun n'en sorté. On ne fait pas de feu que fumée ne sorte.
Y a pas dé fun sans fiot. Il n'y a pas de fumée sans feu.
La panso méno la danso. La panse conduit la danse.
En mantsen l'appétit ben. L'appétit vient en mangeant.
L'on dében parlayré en parlen. L'on devient causeur en parlant.
A la fortso s'apprend iou faouré. En forgeant on devient forgeron.
En tout cal un apprèntissatsé. Il faut un apprentissage en tout.
Cal toutsour néga la premiéro cognoutado.  Il faut tou­jours nier la première faute.
Lon trobo toutsour los peyros al found del sac. On trouve toujours les pierres au fond du sac.
May n'abanço un qué sat, qué cent qué cercoun. Un qui sait avant plus que cent qui cherchent.
Tant bay la crugo à l'aîgo qu'à la fi y démoro. Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse.
Un amasso bren es souben escampo farino.  Qui amasse le son souvent prodigue la farine.
Cu bisito ba querré. Qui visite fait, visite va chercher.
Lous coutels nébés tailloun toutsour.  Les couteaux neufs coupent toujours.
Paris nou sé fet pas tout al cop Paris ne s'est pas fait tout à la fois.
Trop ni paou.  Trop ni peu.
Lou sinné bal la crous. Le signe vaut la croix.
Y a un tent per tout. Il y a un temps pour tout.
Cu a ten a bido.  Qui a temps a vie.
Lou ten es un grand maistré Le temps est un grand maître.
Lou ten es d'or en barro.  Le temps est de l'or en barre.
Ço que sé bey sé catso pas. Ce qui se voit ne se cache pas.
Y prou dé très fennos per téni bouno fiéro. Il y a assez de trois femmes pour tenir bonne foire.
Cu lengo a à Roumo ba. Qui langue a à Rome va.
Tout cami méno à la bilo. Tout chemin mène à la ville.
Tout es bou per sa sasou. Tout est bon qui est de saison
N'es Pas estat un ten qué nous torné. Il n'y a pas eu un temps qu’il ne revienne.
Cu ten a milo drets. Oui tient a mille droits.
Bal Pla may téni que ségré. Il vaut mieux tenir qu’attendre.
Bal may estré sot qué puniastré. Mieux vaut être sot qu'opiniâtre.
Bal may un piétré accord qu'un boun proucès. Vaux mieux un mauvais accord qu'un bon procès.
Ound y a dé plasé, y a pas de péno. Où il y a du plaisir, il n'y a pas de peine.
Per las grandos portos buffoun lous grand bents. Par les grandes portes soufflent les grands vents.
Lou mal qu'arribo dins cent ans, ben toutsour trop léou. Le mal qui vient dans cent ans vient toujours trop tôt.
Forio toumba lou pa de la ma. Il ferait tomber le pain de la main.
Louy brassés m'en tomboun. Les bras m'en tombent.
On lou ménorio néga qué tournorio las cordos. on le mènerait noyer qu'il rendrait les cordes.
Lout descridat és met pentsat. Celui qui est décrié est à moitié pendu.
Un payré nouyririo det famillos et det famillos nouyri­rioun pas un payré. Un père nourrirait dix familles et dix familles ne nourriraient pas un père.
Una caouso bal pla paou sé nou mal la démando. Une chose vaut bien peu si elle ne vaut pas la demande.
Mentur may qué boulur. Menteur plus que voleur.
Fa bel menti cu ben dé long. Peut bien mentir qui vient de loin.
Nou cal pas creyré lou mal sans probos. Il ne faut pas croire le mal sans preuves.
Y en a may d'un qué sé descaoussoun pas per n'en diré uno menssourgo. Il y en a plus d'un qui ne se gêne pas pour faire un mensonge.
N'es pas capablé dé fa un traou en terro molo. Il n'est Pas capable de faire un trou en terre molle.
Tal bey paillo din l'el dé soun bési que nous bey la poutro que curo lou seouné. Tel voit une paille dans l'oeil de son voisin qui ne voit pas une poutre dans le sien.
Un plasé damando l'aoutré. Un plaisir en demande un autre.
Tout un ou tout aoutré. Tout un ou tout autre.
And'uno ma l'on labo l'aoutro. Avec une main on lave l'autre.
Pertout y a quicon. Partout il y a quelque chose.
Aco es la un traou per barra l'aoutré.
C'est faire un trou pour fermer l'autre.
Cal pendré lou tens coumo ben ey lay tsens coumo son. Il faut prendre le temps comme il vient et les gens comme ils sont.
Dé tout y en a un paou per toutsé. De toute chose il y en a un peu pour tous.
Y en a que nou baloun pas la cordo per lous pentsa. Il y en a qui ne valent pas la corde pour les pendre.
Pertout y a de maychants camissés. Partout il y a de mau­vais chemins.
Experienço passo scienço.  Expérience dépasse science.
Counsentomen passo glouriole.  Consentement dépasse gloire.
Nou cal pas agatsa pu naou qué si, sé l'on bol pas toumba.  Il ne faut pas regarder plus haut que soi, si on ne veut pas tomber.
Agatso dabant tous pés.  Regarde devant tes pieds.
Boli pas estré un ounclé de Mountpézat.  Je ne veux pas être un oncle de Montpezat.
Fignan, pudés may à fen qu'à susou.  Fainéant, tu sens davantage le furnier que la sueur.
Sabios aco amay té paousabos ! Tu savais cela, et tu te posais !
Fa bel abé lous pé caous.  Il fait bon avoir les pieds chauds.
Un cot n'es pas coustumo. Une fois n'est pas coutume.
N'es boun qu'à pouyri de pa.  Il n'est bon qu'à pourrir du pain.
N'a pas la grampo os talous ! Il n'a pas de crampe aux talons !
Té bendroou pas dé rantélos pet las combos. Il ne te vien­dra pas de toiles d'araignée aux jambes.
Cal pas fa rés dabant canaillo.  Il ne faut rien faire devant une canaille.
Qué lou qu'a may d'aymé l'employé.
 Que celui qui a le plus de bons sens le montre.
En futsiguen caoucun s'en salbo. En fuyant quelqu'un se sauve.
L'on punis pas tout ço qu'es gros.  On ne punit pas tout ce qui est gras.
Cu se tsaino, sé fa mal. Qui se gêne, se fait mal.
Tsamay cat d'aoubergnas nou m'a fatso la barbo. Tsamay cat d'aoubergnas nou la mé foro pas.
Jamais Auvergnat ne m'a fait la barbe et jamais il ne me la fera.
Cal sabe fa la guerro a l'el. Il faut savoir faire la guerre à l’œil.
L'an cantso soubent de miséro.  On change souvent de misère.
Aquel sé calfé miliou qu'ès pus près del soulet.  Se chauffe mieux qui est plus près du soleil.
Y en a qué foou lous quatré temps. Il y en a qui font les quatre temps.
En tout, cal sabé beyré la fi. En tout, il faut savoir voir la fin.
Après la festo, lou fat resto. Après la fête, le sot reste.
Dé fats et dé fols sé cal garda.  Des sots et des fous, ü faut se garder.
S'assembloun coumo douos peyros fretsos.  Ils s'assem­blent comme deux pierres froides.
S'assembloun sans se counessé, bibou ensemblé sans s'ay­ma, et morou sans se regretta.  Ils s'assemblent sans se connaître; ils vivent ensemble sans s'aimer, et ils meurent sans se regretter.
Fay ço qué dibés fa et arribé que pouyra.  Fais ce que tu dois et il arrivera ce qui pourra.
Aco soun tous pitsous rious qué foon las grandos riviè­ras.  Ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières.
Tu n'en tirés et io n'aouray. Tu en tires et moi j'en aurai.
Un clabel catso l'aoutré. Un clou chasse l'autre.
Tsamay lou pla fa n'a perdu sasou.  Jamais le bien faire n'a perdu saison.
Cal pas ana cerca ambé tous pés ço qué l'on ten ambé las mas. Il ne faut pas aller chercher avec les pieds ce que l'on tient avec les mains.
Acos es blanc bounet ou bounet blanc.  C'est blanc bonnet ou bonnet blanc.
A quél ès passa dabant lou four dès pastissier.  Il est passé devant le four des pâtissiers.
Ço qué ès car ès boun counté. Ce qui est cher est bon mar­ché.
Dé sous anciens l'on a toutsours caouqués pétassés.  De ses ancêtres l'on a toujours quelques chiffons.
Sur un proumés nou mettes pay may coyré.  Sur une pro­messe, n'en mets pas cuire davantage.
Y tournorai las peyros al sac.  Je lui remettrai les pierres au sac.
On pot pas y diré qu'atsés l'el négré.  On ne peut pas lui dire qu'il ait l'oeil noir.
N'aouso pas diré qué l'amo siasco séouno.  il n'ose pas dire que l'âme soit sienne.


Date de création : 05/01/2016 @ 18:22


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Navigation sur le site
Il est impossible d'afficher sur le site tous les articles traités, ils sont donc classés par rubriques et vous pouvez les retrouver en cliquant sur les onglets; mais vous avez également la possibilité d'utiliser la recherche qui est une fonctionnalité performante, qui vous présentera tous les documents qui contiennent le mot que vous recherchez.

 

Vue aérienne du bourg

vue_aerienne2.JPG

Venez voler au dessus du bourg de Villesèque en cliquant    ICI

et survoler le centre de Trébaïx en cliquant  LA

La Boite à Livres

UNE BOITE A LIVRES A VILLESEQUE Réalisée bénévolement de main de maître par Didier ESQUIEU, une très jolie boîte à livres vient d’être installée par Francis GAILLARD au pied de l’escalier d’accès à la mairie, en accord avec la municipalité. Désormais, chacun aura un libre accès aux livres déjà présents dans cette boîte et pourra aussi l’alimenter en ouvrages de tous genre. C’était bien la moindre chose dans une commune où existe et fonctionne depuis un an l’association « Fusion lecture ». De quoi, redonner goût à la lecture à tous, jeunes et adultes, dans un monde où sévit parfois un peu trop l’univers du numérique !

bal.jpg

Préférences
Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  1688812 visiteurs
  96 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 3 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
 
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Vous êtes ici :   Accueil » Proverbes concernant la morale